samedi 16 octobre 2010

MEMORY OF THE 80's, ever forever (11). The Sundays

Pour ce "Memory of the 80's" de la semaine, encore un groupe avec une chanteuse, tiens... je fais une toute petite entorse à l'intitulé de cette rubrique, puisque le premier album du groupe concerné est sorti au tout début de l'année 1990.
Mais je m'en sors en vous précisant que le premier single de ce groupe formé dans les eighties a vu le jour en 1989.

Et, avant tout, leur première et toujours aussi emballante chanson, petite merveille de pop indé, ce "Can't Be Sure" tant aimé :

"Can't Be Sure" ou "comment écrire la meilleure chanson des Smiths à leur place", ce qu'ont réussi The Sundays, un des meilleurs souvenirs musicaux de la fin de cette décennie :




The Sundays, fruit artistique du couple David Gavurin-Harriet Wheeler, duos d'amoureux qui signèrent un classique instantané à sa sortie avec ce "Reading, Writing & Arithmetic".
Un album qui a du rendre ce vieux Morrissey des Smiths envieux, tant il renferme dix perles pop radieuses enluminées d'un son de guitare ligne claire d'une fluidité à rendre le virtuose Johnny Marr également vert de jalousie.


Et que dire de la grâce de la voix gracile de la douce muse Harriet, l'une des plus jolies chanteuses de la pop toutes époques confondues, et dont le groupe, fort élégant, n'exploita cependant jamais l'image, préférant un visuel discret et sobre pour ses pochettes d'album ?


Tout dans cet opus inspiré respire la grâce et la fraîcheur, qui, de la production sobre et acoustique à l'écriture rigoureuse, constitue une sorte d'aboutissement de l'école pop indépendante britannique de l'époque.

Et qui consacra Harriet Wheeler comme l'une des plus jolies voix de l'époque, à l'instar de Tracey Thorn (Everything But The Girl) et Liz Fraser (Cocteau Twins).
Fleuron du célèbre label alternatif Rough Trade (il serait bien long de lister tous leurs artistes, allez si, un récent : Antony & the Johnsons), The Sundays alternent sur ce disque sensibilité pop (Can't Be Sure), énergie rock (A Certain Someone), titre atmosphérique (Joy) et magnifique mélancolie (You're Not The Only One That I Know)...



... sans oublier le splendide et bien nommé pour finir ce billet, "Here's Where The Story Ends" :


... Et même si le parcours des Sundays ne s'est pas arrêté là, puisque ils signèrent encore deux albums d'excellente tenue (Blind - 1992 et Static & Silence - 1997) avant de clore leur carrière pour aller élever leurs enfants, avouons qu'ils ne retrouvèrent jamais vraiment la limpidité et la grâce de cet album quasi parfait.
Une très intime Madeleine de Proust musicale douce à mes oreilles et qui ressuscite cette période de post adolescence si particulière, à la fois floue, fragile et tellement vivace malgré tout.


Tracklist :
1. Skins & Bones
2. Here's Where The Story Ends
3. Can't Be Sure
4. I Won
5. Hideous Towns
6. You're Not The Only One I Know
7. A Certain Someone
8. I Kicked A Boy
9. My Finest Hour
10. Joy

"Reading, Writing & Arithmetic" en écoute intégrale sur Spotify
article sur Fluctuat.net
The Sundays en écoute sur la Mini Playlist 80's

4 commentaires:

  1. Hello Blake.

    Ah, les années 80, les années fabuleuses de notre jeunesse !! Nostalgie, quand tu nous tiens. C'est inouï de voir comme elle peut être créative et source d'inspiration !
    The Sundays est un groupe que je connais peu ou plutôt mal. Mais c'est vrai que "Can't Be Sure" est un superbe titre pop efficace et ultra mélodique. Et Rough Trade fait parti de ces labels mythiques comme Sarah Records...

    Ces derniers temps, ma Madeleine de Proust musicale à moi, c'est les Spacemen 3 ! C'est dingue comme je bloque sur eux (et sur les travaux solo de Sonic Boom et Spiritualized)!!!

    Je te l'ai déjà dis mais, étant BDphile, j'adore ton expression "pop ligne claire" !!
    Je la trouve très juste pour designer The Smiths par exemple. Et les Tindersticks en seraient les dignes héritiers n'est-ce pas!!!

    RépondreSupprimer
  2. Hé oui, nostalgie réactivée de plus par tous ces jeunes groupes qui revisitent les sons de l'époque. Difficile donc d'y échapper...

    Tindersticks, héritiers des Smiths, je n'y avais pas vraiment songé, mais déjà un groupe classique intemporel, c'est sûr. À bientôt ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. J'avais cet album à l'époque, Reading, Writing & Arithmetic, et j'écoutais un morceau en particulier, qui plus est, je l'écoutais en boucle, a cetain someone.
    J'ai ressorti le CD des cartons ce soir, et fureté un peu sur le net à chercher des infos à propos du groupe.
    Un petit revival de temps à autre, c'est une vraie cure de jouvence et un remède indispensable à la morosité ambiante !
    A certain someon avec la voix d'Harriet, quel soufle d'air frais !
    ...
    Sympa ce blog ;)

    RépondreSupprimer
  4. Suis d'accord, un petit Sundays et ça repart :-)
    Merci de ta venue ici stef et de ton appréciation sympathique, c'est toujours bienvenu :-)

    RépondreSupprimer